Bonjour Gérardmer.

Bonjour Gerardmer

Gérardmer (prononcer Gé-Rar-Mé) est étonnante. 9000 habitants qui vivent paisiblement autour d'un grand lac noir et sinistre. Pour une ville qui n'a plus de gare depuis 1988, accueillir le Festival International du Film Fantastique est un véritable événement auquel les locaux semblent aimer prendre part. La majorité des bénévoles chargés de l'accueil sont des femmes de 60 ans. Du coup, au coeur des Vosges, au milieu des pendules de mauvais goût, des bonbons aux plantes et des immondes figurines en bois (certaines taille humaine), il y a des petits vieux des montagnes, passionnées de films d'horreur, qui reçoivent chaque année d'autres passionnés de toute la France.

Je suis hébergé à 20 min du centre-ville. L'arrivé fût assez pénible (pluie + froid + boue + vent), mais j'ai maintenant un taxi attitré et plein de trucs drôles que vous ferez partager ici.

Concernant les films, je sais que vous n'êtes pas là pour lire de la critique cinéma, il y déjà plein de très mauvais blogueurs pour ça (la majorité des blogueurs ciné sont de sous-blogueurs qui n'ont rien d'autre à raconter que leur avis mou sur les blockbuster qu'ils vont voir tout seul), donc je vais résumer chacune des séances auxquelles j'assisterai en un tweet, sur mon compte Twitter, puis ici en les copiant-collant nonchalamment. Surtout que la majorité des oeuvres présentées ne seront pas en salle avant des mois... Si jamais je vois quelque chose de vraiment très très bien ou de vraiment très très mauvais, peut-être que j'irais un peu plus loin.

Films vus aujourd'hui (4 films, 4 tweets) :

Grabbers est bien, bons effets spéciaux et histoire WTF mais drôle. Bon esprit. Des pêcheurs, une meuf et de l'alcool.

The Conspiracy, faux documentaire sur un conspirationniste qui part bien en couille. Bon esprit.

Remington and the curse of the Zombadings, pas très drôle, cliché à la race. Pas aimé.

The Bay, le "cousin qui a fait des études" de Cloverfield. Très bon moment, rien de nouveau, mais réussi.

En bonus : 5 photos de l'appartement dans lequel je suis.[gallery columns="2" link="file" ids="127,126,125,124,129"]

Pourquoi tout est-il prodigieusement laid dès qu'on sort de Paris ?

comments powered by Disqus